Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

savoir vivre

  • Poussière de sel

     

    graffStPierre 010.JPG
    A midi, toutes les pierres sont chaudes. L'odeur des plantes aromatiques racle la gorge. Le soleil tape sur les rochers qui se changent en fournaise. Sa chaleur donne aux falaises la couleur grise de la pierre éclatée. Plus loin, les vagues se brisent. Leur flot rapide se répand sur la plage. Un réseau de lumière démantelée tremble à la surface de l'eau. L'absence d'horizon nous accueille sous le soleil et les concerts des cigales somnolentes. Lorsque nous entrons dans l'eau, c'est le saisissement, puis le plongeon, les bras d'eau sortant de la mer et se rabattant dans une torsion de tous les muscles -le bourdonnement des oreilles, le nez coulant, la course de l'eau sur nos corps- et sur le rivage, abruti de soleil, une vie pleine des soupirs de la mer et des cigales qui chantent. Il y a dans ces moments-là, une liberté où le corps détendu goûte le silence intérieur, celui-là même qui naît d'une conscience tranquille.