Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

photo de graffiti

  • Hôtel de l'Avenir

    PrépaIVS 063.JPG

    Trottoirs embouteillés. Immeubles en béton gris, inachevés et inhabités. Fenêtres ouvertes sur le vide. Toiture béante. Un SDF assis contre un mur. Un chien auprès de lui. Des passants qui se hâtent vers leurs activités coutumières. Sillages frais tout juste sortis de la salle de bains. Des hommes marchent d'un pas vif. Les yeux braqués sur eux-mêmes. Des femmes sont resplendissantes. Leurs talons aiguilles claquent sur les trottoirs comme des décisions sans appel. Au loin, se dresse la tour la plus haute de la ville. Tel un doigt planté dans le cul du ciel, elle engloutit des flots de bureaucrates qui foncent tête baissée vers leur destin visqueux. Autour, les mouettes virevoltent, excitées jusqu'à frôler l'extase.

  • Travelling mental

    Meemy 028.JPG

    Pluies d'automne. bourrasques soudaines. nuages qui courent dans le ciel. brusques éclaircies. voitures qui filent sur la chaussée. culs des piétons qui se hâtent. coups de klaxons. cacophonie de la ville pressée. parapluies ouverts pour se protéger de la pluie. emballages d'ampoules électriques sur le trottoir. vieux sacs en plastique. bouteilles vides. petits bouts de journaux. pissotières des chiens. lambeaux déchiquetés. magasins de vêtements jaune vomi avec les affaires du jour en gros caractères. voitures arrêtées au feu rouge. gaz d'échappement. Où voudrais-tu aller ? Ailleurs ?

    http://traction-brabant.blogspot.fr/
    3 poèmes dans le n°59
    pages 34, 36, 10

  • Plage du Prophète

    GraffRobinet 004.JPG

    Le jour commence à baisser. L'eau miroite faiblement. Le ressac déferle en de longues ondulations. Un groupe de mouettes rase la crête écumeuse des vagues. Un bateau solitaire, rentrant au port, se détache sur l'immensité vide de la mer qui s'empourpre.
    Je reste longtemps debout sur la plage, à attendre la disparition des derniers rayons du soleil.
    Les voitures roulent sur la Corniche. On voit les phares de très loin. Je regarde les phares grossir, puis disparaître.
    Il y a toujours un peu de vent.

    Revue 17 secondes N°5
    Page 6 "Voie rapide" et "Passerelle"
    http://fr.calameo.com/read/002027389ea2f499f4d0d

  • Les heures creuses

    Rue de l'arc 014.JPG

    D'énormes nuages gonflés de pluie couvrent le sommet des immeubles. Assis à la table d'un café, il mange son hot-dog en faisant semblant de regarder la télé. Lorsqu'il a terminé, il se tamponne les lèvres avec une serviette en papier et traverse la pièce jusqu'aux toilettes où il se lave les mains. Ensuite, il sort. Une petite bruine tombe et il sent avec plaisir cette humidité froide sur son visage.
    La rue est envahie par la foule des travailleurs qui sortent du boulot et par les autres qui font leurs courses. Il se retourne. Il aperçoit les voitures trembler le long de l'autoroute comme des mirages et les pylônes haute tension onduler à travers l'espace désert. Il pense qu'il lui faudrait marcher des kilomètres pour s'échapper complètement, pour ne plus voir les immeubles, les voitures, les gens.
    En bord de mer, les déferlantes se brisent sur des récifs. Il flotte dans l'air une odeur d'iode. Subitement, il est submergé par l'envie de se jeter à l'eau.

    http://revuesqueeze.com/actualites/revue-squeeze-n8/