Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fontaine à sec

  • Le saut périlleux

    Fontaine 037.JPG

    Dehors, l'aube humide et froide, inonde les rues désertes, s'égoutte des corniches, des rampes, des échelles de secours. Elle émiette les blocs d'ombre entre les édifices.
    Il se racle la gorge et crache sur le trottoir. Puis, il s'éloigne, aspirant l'air frais à petits coups rapides et profonds. Il baille. Les jambes lui font mal, à croire qu'il va tomber. Il est courbattu. Il a sommeil. Machinalement, il épluche une cacahuète et la porte à sa bouche. Puis, il tord l'ouverture du sachet et la fourre dans sa poche. Des mouettes tournoyent en criant. Sur le trottoir en face, une femme à cheveux gris le regarde. Elle regarde son menton mal rasé et ses poignets sales qui sortent des manches éraillées de son veston. Il détourne les yeux et s'éloigne, le menton relevé.
    C'est un homme avachi. Les intempéries ont blanchi sa barbe et ses cheveux bouclés. Ses yeux semblent avoir été enfoncés dans sa tête à coups de marteau.
    L'eau brune du port sent l'eau de lessive. Elle clapote doucement contre les flancs des bateaux. On entend des bruits de chaînes d'ancres.
    Tandis qu'il s'éloigne péniblement, il sent des crampes lui tordre le ventre sous sa ceinture trop serrée. Pauvre vieux, ce qu'il lui faut, c'est un coup à boire, pour pouvoir se perdre dans des rêves.

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé