Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

banc public

  • Passage piétons

    PrépaIVS 010.JPG

    Rires étouffés. éclats de voix à la dérive. les nuages ne bougent pas. une immobilité dans l'air, dans la lumière crépusculaire. tout le monde dehors à déambuler, ou assis sur des bancs dans la pénombre. les gens vont et viennent. des images qui bougent. des personnages qui surgissent d'un creux dans le trottoir, d'un renfoncement, d'une fente. Cris d'oiseaux. magnifiques oiseaux qui chantent tous ensemble dans les dernières lueurs du couchant et clament leur joie à la lumière agonisante.

    Paysages écrits 23 - décembre 2014
    https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits/home
    de la page 123 à la page 125

  • La foule

    hors lits 6 003.JPG

    C'est une magnifique journée. Un ciel couleur d'ardoise, avec des petits nuages de coton blanc et un soleil radieux qui fait palpiter la surface de la mer. Un vent vif soulève une petite houle indigo et pousse des détritus dans les rigoles. La parfum de la mer se mêle à celui des bateaux amarrés contre le quai. Il fait doux et tout est très calme. Haut dans le ciel, les mouettes décrivent de grands cercles au-dessus de la ville. Beaucoup de monde sur les trottoirs qui galopent dans tous les sens. Ils ont un air traqué avec quelque chose de gris et de terne dans l'expression. Ils paraissent bien nourri et pourtant fragiles, comme ces feuilles mortes qu'un souffle de vent balaie dans le ruisseau.
    A travers les vitres mal lavées sur lesquelles viennent bourdonner quelques mouches précoces, on voit des voitures garées derrière la façade jaune poussière de la Chambre de Commerce. Un chien, jaune aussi, est très occupé à gratter ses puces sur les marches du Centre Bourse. De l'autre côté, il y a un homme, aux joues décharnées, vêtu d'une combinaison assez sale. Il a dans la bouche une chique de tabac grosse comme une cerise. Il crache. De temps en temps, il frappe du poing dans la paume de sa main. Son discours est une suite de petites explosions. Il grimace quelque chose. Et l'on ne voit plus, sur sa face ridée, que les globes de ses yeux, d'un blanc bleuâtre dans ses orbites couleur de chocolat.
    Il s'aperçoit que je le regarde et reste silencieux un moment. Puis, il poursuit.
    Un peu à l'écart, il y a quelques petits bateaux dont la voile pend mollement. Une fille aux cheveux blonds va et vient avec un plateau chargé de bières.

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé

  • Rond point

    StreetJuin 054.JPG

    La mer au loin. le ciel blanc. aucun arbre. lunettes noires. bouches qui tètent des sodas. couples aux visages luisant comme du bois ciré. Elle titube. Pourtant, elle n'a pas bu. Elle garde les yeux grands ouverts. Elle observe les voitures qui démarrent ou freinent aux feux rouges. Elle lève la tête vers le ciel. Elle reste debout. Elle ne se rappelle plus la saison qui l'a poussée à sortir de chez elle. Elle marche sur le trottoir. Elle regarde parfois la vitrine d'une boutique. Elle a chaud. Elle jette son manteau dans une poubelle. Elle revient sur ses pas pour le récupérer. A présent, il sent mauvais. Elle s'arrête pour voir les noms des rues. Elle ne sait pas où aller. Elle préfère continuer à marcher. Elle en a assez de voir les gens marcher tête baissée sur les trottoirs. Elles se demande ce qu'ils peuvent avoir dans la tête tous ces gens dans la rue. Elle ne peut se retenir d'éclater de rire dans la rue, sans aucune raison, pour le seul plaisir de se sentir en vie. Elle s'assoit sur un banc près du bac à sable désert.  Les piétons marchent dans un sens et dans l'autre. Certains s'arrêtent au milieu du trottoir sans qu'on sache pourquoi. Elle essaie de bronzer. Elle ne dit rien. Elle regarde sa montre. Elle regarde les lignes de ses mains. Elle les trouve profondes. Elle regrette de ne pas croire aux signes du destin.

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé

  • Travelling

    Streetoulouz 025.JPG

    Il s'assoit sur le banc auprès d'elle. Elle croise les jambes. Elle lui tourne le dos. Elle feuillette un magazine. Elle hoche la tête. De l'autre côté de la place, une jeune femme, penchée à une fenêtre, bat un tapis. Elle serre les lèvres. Il fixe le sol. Elle referme son magazine. Elle se lève. Il la regarde. Elle le regarde en hochant la tête. Elle se met un foulard sur la tête. Elle part. Il reste assis tout seul. Il a pourtant essayé bien des fois. Il pense à la solitude qu'il éprouve. Il reste là, assis sur le banc, à se demander pourquoi. Il allume une cigarette. Il regarde de nouveau autour de lui. Il sourit. Il se gratte la tête. Il se prend la tête entre les mains. Il hausse les sourcils. Il hoche la tête. Il hausse les épaules. Il rit tout seul sans trop savoir pourquoi. Il serre ses bras autour de lui. Il fait des bruits de baisers. Au bout d'un moment, il se lève. Il rentre dans un petit café. Elle sort. Il la suit du regard. Il s'assoit en soufflant. Elle hoche la tête. Elle détourne le regard. Elle ramasse un caillou. Elle fait passer le caillou d'une main à l'autre. Il se sent heureux rien qu'à la regarder. Elle pousse un profond soupir. Elle allume une cigarette. Elle tire quelques bouffées. Elle s'en va en regardant droit devant elle. Il commande un café avec un verre d'eau.

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé