Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rue de marseille - Page 2

  • Cool mémories

    janvier11 006.JPG

    Titubant devant la caméra et dessinant par ses gestes un espace vertigineux, il livre avec frénésie son corps insaisissable. Ce qu'il veut dire, c'est que tout découle directement de ces années durant lesquelles il s'est tout envoyé, de la cocaïne au whisky, de l'herbe à la bière, du LSD aux amphétamines, et toute une autre pharmacopée entre temps aussi. Ce qu'il jette sur le papier, c'est le spasme, les trous de douleur, le couple en copulation, les points érectiles, les orifices extensibles, enveloppants...
    Pour lui, la sensation est la preuve immédiate de l'existence. Ses bouquins nous livrent les métamorphoses de son corps dont le rôle est de polluer. Il parle de la pollution à partir du moment où elle devient constructive, où elle est mise en question. Ce qui lui importe, c'est de montrer qu'il est pollué lui-même et de manifester cette pollution totale. Pour écrire, toutes ses toxines remontent à la surface et s'évaporent. Il ne lui reste plus que le nécessaire.
    Deux ans plus tôt, il a mis fin à une longue relation avec une femme qui aujourd'hui ne représente plus rien pour lui, mais dont l'absence l'affecte comme il ne l'aurait jamais imaginé. Curieusement, il sombre peu à peu dans une sorte de sommeil épuisé, comme une défaillance ou un échec. Du moins, c'est ainsi qu'il le ressent en se réveillant toujours en sursaut, à bout de souffle.
    Là, il regarde par la fenêtre la ville enveloppée de nuages et le soleil déclinant qui déverse des flots de couleurs le long de l'horizon, à la limite blanche du vide. Alors, il a l'impression qu'il a laissé le temps lui échapper, et que de ce manquement, va s'ensuivre quelque chose de terrible.
    Il comprend que s'il y a un bruit de fond de l'univers, c'est ce bruit inaudible qui est comme un lointain écho de la catastrophe du monde.

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé

  • La réalité augmentée

     

    Ceci n'est pas 001.JPG

     

    L'odeur de la bière. La puanteur qui s'échappe des WC. Un parking. Des emplacements vides avec des parcmètres. Des bus qui grimpent. Des bagnoles garées en plein milieu de la rue. Des automobilistes qui klaxonnent. Ceux qui veulent passer. Des graffiti avec des fautes à tous les mots. Des journaux qui parlent de braquage à main armée. Le bruit des pas. Le reflet de la mère et de la fille dans une glace. La robe à motif, toute fripée dans le dos, qui remonte dans un coin et laisse voir le fond d'un collant opaque. Sa voix qui se perd dans le maelström de musiques et de conversations qui peuplent la rue. La télévision un peu plus loin. Eclats de rire. Applaudissements. Un coup de vent pousse des détritus contre les rideaux de fer des magasins. Des cartons débordant d'ordures jalonnent les trottoirs. Bientôt, les pluies viendront et commenceront à retourner toute cette saloperie. Les caniveaux déborderont, briques de lait boîtes de conserves os de poulets mégots, toute sorte de cochonneries se coincera entre les voitures et empestera jusqu'à ce que la pluie vienne tout emporter.

    Les quartiers nord. Les quartiers sud. La ville s'étale dans tous les sens à la fois. La ville est un cercle. La ville est un labyrinthe. La ville est très loin. Puis, tout à coup, plus près. Ici ou là. Quelque part. Le passé. L'avenir. Comme un journal qu'on froisse. Tous les mensonges. Toutes les galères. Tous les jours passés à gratter pour reconstruire. Toutes les excuses imaginables. Tous les discours. Tous les mots bouffés à la hâte à force d'attraper rien du tout.

    Toutes ces choses qu'on peut touiller d'une main dans un évier d'eau grasse. La poussière de la ville. La tête qui a besoin d'un coup de peigne. Les yeux à peine ouverts. Les yeux rivés sur le centre de la cible presque à angle droit. Là où des voix remontent et se perdent et laissent un long sillage de chair. Là où des traces de pas deviennent des flaques avec à l'intérieur des bulles et du sable mouvant et une nouvelle vie qui se libère.

     

    Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

    http://www.radiodiction.org

    09 72 15 48 40
    Appeler pour dire un texte
    24h/24 appel non-surtaxé