Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vertige

Tobelem&coursJu 004.JPG

Lorsque je remonte au grand jour les escalators ou les escaliers du métro, parfois je suis prise de vertige. La ville resserre son étreinte sur moi. Le large trottoir, l'étal du fleuriste, le front vitré des terrasses de cafés, le grouillement de la foule, la feuille qui voltige, le soupçon de ciel, la lumière de la ville, et pas le moindre interstice, le moindre vide, et le bourdonnement, le tourbillonnement des gens et des véhicules : parcours à ciel ouvert. Tout ce que capte mon oeil est inattendu. Je me retrouve dans un champ magnétique comparable à un essaim immobile de moustiques. Tant d'affluence, tant de nourriture pour la pensée. Je pénètre dans le domaine des humains et ce n'est pas seulement l'écho de l'histoire mais celui de toutes les humanités qui ont traversé ces lieux, qui les ont parcourus, non seulement étrangères mais anonymes, non seulement anonymes mais clandestines.

Lecture de toutes ces chroniques urbaines dans l'émission

http://www.radiodiction.org

09 72 15 48 40
Appeler pour dire un texte
24h/24 appel non-surtaxé

Les commentaires sont fermés.