Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Aire de repos

    Img_1437.jpg
    Un parking. des voitures se garent. d'autres partent. des toilettes pour dames. des toilettes pour hommes. deux bâtisses en ciment. un espace entre les deux. en face des toilettes, des boules de broussailles. de la poussière. des touristes japonais qui mitraillent tous azimuts. une voiture qui entre dans le cadre. elle se gare. une femme descend de la voiture. elle porte un imperméable. les manches tombent. l'ourlet lui bat les pieds. elle entre dans les toilettes pour dames. des cabines vides. des lavabos crasseux. l'odeur du crésyl. trois minutes. elle ressort. le vent fait voler des bouts de cellophane. toute la semaine dernière, il a fait exceptionnellement beau. aujourd'hui, les nuages marquent des temps d'arrêt dans le ciel. les nuages changent de couleur. le ciel est noir. l'air froid tourbillonne autour d'elle. elle allume une cigarette. elle se touche les cheveux. elle baille. s'étire. se gratte les fesses. treize minutes. quatorze minutes. elle démarre la voiture. s'engage sur la file de gauche. elle roule à 80 à l'heure. elle quitte la bretelle de l'autoroute. part vers le sud. le traffic est nerveux.

  • Jus de chique

    Img_3849.jpg
    Il crache son jus de chique sur le trottoir. Un camion brûle un feu rouge. Il y a une télé sur une étagère. Le barman monte le son. L'image saute. Puis, elle se stabilise. Le haut-parleur crache des parasites. La confusion règne sur l'écran. Un millier de téléviseurs sont allumés. Des fenêtres défilent. Toutes déformées par le verre teinté. Une dizaine de personnes. Qui parlent. Qui s'agitent. Qui contaminent les informations. Un homme lève son verre. Il laisse vagabonder ses pensées. Une strip-teaseuse tangue tout près de lui. Elle porte un cache-sexe. Son épilation ne date pas d'hier. Soudain, une femme le bouscule -joues humides et mascara qui coule- C'est la gifle qui fait déborder le vase. Elle le gifle. Elle pleure. Elle crie. Elle lui laboure la nuque de ses ongles. Il lui couvre la bouche avec sa main. Elle retrousse ses lèvres. Elle le mord. Il trébuche et roule à terre. Elle lui demande pardon. C'est sa femme, à lui. Ils prennent autant de plaisir à se battre qu'à faire l'amour. Des embrouilles. Encore et toujours des embrouilles. Mais, ils sont tellement bien ensemble, tous les deux. Bientôt, ils vont se tenir par la main. Le barman bricole toujours sa télé. Il tripote des boutons. Il tortille des fils. Les parasites redoublent. La télé devient toute noire. La télé est morte. Il y a une saute de vent. Les vitres gémissent. "Dis-moi quelque chose de sympath, tu veux bien ?... Raconte-moi comment s'est passé le dernier spectacle ?..." Il tire sur sa cigarette. Au loin, un chien aboie.

  • La mer a la couleur de la mer

    Img_1389.jpg
    Matinée brumeuse de novembre. Du haut du cours Julien, je vois les arbres à moitié nus et le tapis brun de feuilles mortes qui jonchent la rue. Chaque jour, je vois la dégradation du quartier de Noailles et son naufrage dans la paranoïa des poubelles qui débordent, depuis que les éboueurs ne passent plus ramasser les détritus. Chaque jour, je sais que des hommes se promènent avec des morceaux de bombe atomique dans la poche et le plutonium qu'ils transportent, c'est l'esprit du temps. "La chaleur était tellement étouffante qu'on entendait gémir les fleurs dans les jardins et que les hommes entrèrent en gestation. L'un d'eux accoucha d'Adolf Hitler". (Kazimierz Brandys, "Hôtel d'Alsace et autres adresses", Gallimard 1992). Depuis, c'est comme un hachoir qui fonctionne sans cesse cette terreur claustrophobique de l'Europe Occidentale. Identité nationale. Je cours après le tramway. La pluie me tombe dans le cou. Je patauge dans mes chaussures. Multiple. Mon identité est multiple, et cette richesse, c'est évident, se défendra. Cette richesse sera défendue par la foule venue ici de partout qui m'entoure et qui joue des coudes, omniprésence dans la ville, surface scintillante, "L'avenir appartient toujours aux esclaves et aux immigrés..." Cioran.