Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quartier de la Joliette

Img_2222.jpg
L.O.V.E.
Au loin, les vagues se déroulent et le corps fait des pauses, comme un petit relief de collines. Au fur et à mesure, il n'y a que des sillages de la main traînant dans l'eau. Rien d'autre que le doigt sur la route. Une ligne visible faisant peu à peu surface dans l'effarement nocturne tendu sans épaisseur.
Le trajet se dirige vers la poursuite du vent et de toute chose qui attend, ou encore qui s'épuise dans l'articulation de ce qui est déplacé, rangé, saisi, et tant de fois traversé et replacé. Ici où l'on n'est pas là. Ici où la tête tourne. Où le vent se renverse. Ici où le soleil bat son plein, où les mots n'ont plus de sens, où les doigts plissent la lumière, comme une énorme bouche lentement se retire, et il ne reste plus qu'un trou noir. Ce trou béant ou ce trottoir sauvage.

Commentaires

  • Oui l'amour au couteau...
    Je tergiverse depuis tout à l'heure sur la manière dont je vais mettre en page mon prochain article et comme ça peut durer des semaines avant que je ne me décide, je t'invite à faire un saut chez un artiste que j'ai donc découvert dans les rues d'Ajaccio. Son pseudo est FKDL, (Franck Duval), il est plus dans le collage que le graff ou l'écrit, authentique rayon de soleil urbain comme il y en a tant quand on sait ouvrir les yeux. Quant à Rome fonce, certains quartiers ont une identité artistique très affirmée et les façades des immeubles laissées à l'abandon sont des ardoises géantes rendues magiques par de talentueux génies. Je te souhaite une belle soirée.

Les commentaires sont fermés.