Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le pigeon unijambiste

    5642c73755f21fbfabfbe61d5f236823.jpg

     

    Mardi

    Rien d'exceptionnel

    Un sourire [fugace]

    comme le SIGNE

    d'une connivence à VENIR

    Quelque part dans les rues

    au centre ville UNE

    rencontre purement [fortuite]

    dans le centre par hasard

    quelque part dans cet espace

    la discordance des extrêmes

    où tout peut arriver

    Mais impossible de savoir

    si le CIEL a envie de

    chier ou de pisser

    "FUCK FUCK FUCK

    Putain de pays !"

    Deux vieillards décrépis

    discutent d'une voix éraillée

    "Les temps sont durs

    vraiment durs

    durs durs

    et ça va pas s'arranger

    et ça va être pire

    oui oui bien sûr...

    Avec tout ça on perd son grec

    son latin son schrafft son chief...

    ça fait tellement oui tellement

    de bien d'avoir quelqu'un avec

    qui parler quelquefois... Tu

    ne sais pas à quel point

    c'est IMPORTANT..."

     

  • Nous sommes fait(e)s de miroirs

     

    89d50ace494b621e9ec49a8f1dd44862.jpg

    La ville se recroqueville sur la devanture du monde [Là où les affiches déchirent la doublure du mur que l'automne a mis parterre dans les rues soigneusement cravatées de portails qui se rongent la queue et s'écrasent sur les plateaux de chair d'une nuit circonflexe.] Les maisons se  renversent. La vie est un oeuf au plat qui durcit et fond comme du sucre. [Post free] Le chômage se gare en double file. Des volutes de fumée s'élèvent au-dessus du cendrier [morceau de verre sommairement travaillé-trois encoches pour poser les cigarettes] Le temps s'éparpille sur les marches de l'escalier [entrailles de la rue fluorescente] Banalité contagieuse [Shut your gob] Démarche sans hâte [Velvet eyes] Couper un ver [de terre] On naît seul. On meurt seul. Tout vient de l'autre. [You can't go home again]

    L'autre, en moi, fait mon langage qui est ma façon d'être en l'autre. Jean-Paul Sartre.